Aaron
 
Signification:

Aaron signifie "esprit" en hébreu.

Fréquence:


Ce prénom est porté par environ 6 000 personnes en France. Il figure dans le top 100 français aujourd'hui.

Fête: 

Le 1er juillet.

Caractérologie:

Ténacité, méthode, décision, engagement, fiabilité.

Aaron est un perfectionniste. Il ne se contente pas de la médiocrité, mais cherche tout le temps à obtenir d’excellents résultats dans ce qu’il fait. Exigeant, Aaron n’aime pas collaborer avec des gens qui ne prennent pas au sérieux leur travail. Il arrive même qu’il impose ses idées, une attitude qui agace ses proches.

Aaron se distingue par son esprit logique. Ce n’est pas le genre à se lancer tête baissée dans un projet qu’il est sûr de ne pas pouvoir mener à bien. Grâce à son bon sens, il prend toujours le temps d’évaluer les risques d’échec avant de prendre une décision.

Aaron n’a pas le sens de l’humour. Il prend au sérieux tout ce qu’on lui dit d’où la nécessité de bien surveiller ses paroles en sa présence. Il s’emporte facilement face aux personnes qui ne lui inspirent pas confiance.
De nature travailleuse, Aaron fait preuve d’implication et de détermination dans tout ce qu’il entreprend. Il ne renonce pas facilement face aux obstacles et use de tous les moyens pour en venir à bout.

Aaron a tendance à exagérer. Soucieux du détail, il n’accepte pas la médiocrité et exige tout le temps d’excellents résultats. Il arrive qu’il fasse preuve d’autorité envers ses proches, mais il se rattrape vite en se montrant tendre et affectueux avec eux.
Rarement satisfait, Aaron préfère s’atteler seul à une tâche plutôt que de collaborer avec des personnes qui n’ont pas la même motivation que lui. Il est capable de se fixer une certaine discipline pour atteindre ses objectifs.

Aaron est de nature timide, mais sa volonté de réussir prend rapidement le dessus. Déterminé, il ne fait jamais marche arrière quand il a pris une décision. Il affronte les obstacles avec ferveur et ne s’arrête que lorsqu’il atteint le but qu’il s’est fixé.
Modeste, Aaron évite de crier ses prouesses sur tous les toits. Cependant, il ne manque pas de montrer de quoi il est capable quand l’occasion se présente. Il déteste les imprévus et les évite au maximum. 


Autre:

Aaron signifie « esprit » en hébreu mais il a certainement une origine égyptienne ancienne. Au VIIe siècle, Aaron, médecin d’Alexandrie, rédigea une compilation de traités de médecine dans lesquels la petite variole est mentionnée pour la première fois. Ce prénom de l’Ancien Testament se diffuse à la fin du XVe siècle dans les pays anglophones. Il y rencontre un vif succès et s’illustre parmi les 200 choix masculins les plus attribués jusque dans les années 1980, où il s’impose dans les tops 30 anglais et américain. Son repli est concomitant avec son envol européen. Émulé par un succès précoce dans les pays scandinaves, Aaron (Aron pour les Suédois) se propage à l’ensemble du Vieux continent. Sa diffusion française s’est particulièrement accélérée depuis 2006 : le nombre d’enfants nés sous ce nom a quadruplé. Aaron figure dans le top 40 national en 2011.  

Et aussi: 



Saint-Aaron est une commune des Côtes-d'Armor qui s'est associée avec Lamballe le 29 décembre 1972 tout comme Maroué, La Poterie et Trégomar. Cette commune succéda à la paroisse du même nom, placée sous la protection de saint-Aaron.

 
  




- AaRON, l'acronyme de Artificial animals Riding On Neverland est un groupe de musique français. un duo musical pop mélancolique français, composé de Simon Buret et Olivier Coursier. AaRON a été révélé par le film Je vais bien, ne t'en fais pas de Philippe Lioret, dont la chanson U-turn (Lili) a été reprise comme thème principal de la bande originale. 



L’histoire d’AaRON commence en 2004 quand Simon Buret rencontre Olivier Coursier sur recommandation. Ayant apporté quelques textes en anglais, il repart avec un premier titre Endless Song. Dans les deux mois qui suivent, le travail du duo paye, cette collaboration fait naître 8 chansons. Mais leurs parcours professionnels les séparent, Simon, à l’origine comédien, part sur des tournages tandis qu’Olivier part en tournée avec Mass Hysteria, dont il est le guitariste jusqu’en 2007. Malgré ces contretemps, ils parviennent à créer une vingtaine de chansons dans le home studio parisien d’Olivier. Et en 2005 cet effort est récompensé, la chanson Little love figure sur la bande originale du film Dans tes rêves.

Au moment des essais de Simon Buret pour le film de Philippe Lioret Je vais bien, ne t’en fais pas, Olivier Coursier et Simon Buret finalisent U-Turn (Lili), qu'ils font parvenir au réalisateur. Dans ce film, Simon Buret joue finalement le rôle de l’ami du frère absent de Lili, lui faisant écouter le morceau U-Turn (Lili), enregistré par son frère. Au total, le film empruntera deux chansons au duo pour la bande originale 2: U-Turn (Lili) et Mister K.

Suite au succès du film, la chanson U-Turn (Lili) a été n°1 sur iTunes pendant un mois et a révélé le groupe au grand public.

En janvier 2007 sort le premier album du duo, intitulé Artificial Animals Riding On Neverland (dont AaRON est l'acronyme). Le même mois, AaRON passe pour la première fois à la télévision, interprétant U-Turn (Lili) en direct sur France3 dans l’émission Ce soir (ou jamais !). AaRON entamera dès lors une tournée qui débutera en mars 2007 et se terminera après une tournée Allemande en juillet 2009. Deux dates sont programmées à l’Olympia (Paris) en novembre 2007. Le groupe a également fait un concert au Zénith de Paris le 4 avril 2009, avec un orchestre symphonique.

Ils sont nominés par deux fois aux Victoires de la musique, et reçoivent le prix du "Best European Breaktrough Artist" au Danemark. Ils reçoivent également en 2008 un "NRJ Movie Award" pour leur chanson U-Turn (Lili).




AARON est un programme informatique développé par le peintre Harold Cohen et produisant des peintures originales. 


L'artiste Harold Cohen, qui travaille aujourd'hui au CRCA (Center for Research in Computing and the Arts), développe depuis 1973 un programme appelé AARON. Il se pose alors la question suivante : quelles sont les conditions minimales pour qu'un ensemble d'informations crée une image ? Le robot AARON est un véritable robot avec des bras qui dessinent et qui peignent. Le programme fonctionne de manière simple : on lui soumet un ensemble d'informations et AARON choisit ce qu'il en fait. Dans sa base de données, AARON connaît un certain nombre d'objets comme les personnages, les plantes, les arbres, les objets simples, les tables, les éléments de décoration, etc. Ces objets sont segmentés en plusieurs parties, ce qui permet à l'utilisateur d'imposer une position et au programme de décider de sa forme. L'utilisateur entre alors la liste des objets qu'il veut dans sa peinture et, éventuellement, il indique au robot ce qu'il ne veut pas.  

 
Personnalités: 

                       Saints et personnages bibliques

Aaron (de l'hébreu : aharone) est selon la Bible le frère de Moïse et de Myriam. Il est issu de la tribu de Lévi, lui-même issu du prophète Jacob, le père des Enfants d'Israël. C'est le premier grand prêtre d'Israël (Kohen Gadol en hébreux).

Fils de Yokébed et Amram, tous deux issus de la tribu de Lévi, il nait en Égypte en 1574 avant J.-C., selon Ussérius, en 1728 avant J.-C., selon L'art de vérifier les dates. Il prit part à tout ce que fit son frère pour délivrer les Hébreux du joug des pharaons, et fut désigné de Dieu, dit la Bible pour exercer le sacerdoce, lui et toute sa postérité.

Lors de l'ascension du mont Sinaï par Moïse, au cours de laquelle il est parti recevoir les tables de la Loi, les Hébreux nouvellement libérés du joug de Pharaon, mais incertains du retour de Moïse, pressent Aaron de leur construire une idole qui puisse les guider. Aaron exige alors la fonte de tous les bracelets et des colliers afin de leur offrir le veau d'or, que le peuple désigne ensuite comme dieu — à l'imitation du taureau Apis qui était adoré en Égypte.

Lorsque Moïse descend du mont Sinaï, et qu'il voit les Hébreux adorer une idole (chose interdite par le troisième Commandement), il est pris d'une colère si grande qu'il fracasse les Tables de la Loi sur un rocher. Cependant Moïse pardonne à Aaron sa faute, et il est même élevé par son frère au rang de grand-prêtre, charge qu'il est le premier à exercer. Aaron prend la parole à la place de Moïse que l'on dit bègue (Exode 4:10,4:15). Il meurt à l'âge de 123 ans sur le mont Hor (Nombres 33:38-39) et ne peut entrer dans la terre promise parce qu'il avait douté de la puissance de Dieu. Il est pleuré par tous, hommes et femmes, alors que la Torah ne mentionne que les seuls hommes à avoir pleuré Moïse. Il s'agit là sans doute d'une façon de mettre en exergue la popularité dont jouissait Aaron. Il a pour fils Nadab, Abihu, Eléazar et Ithamar de sa femme Élischéba (Élisabeth).

Aaron est également mentionné dans le Nouveau Testament, plus précisément dans l'Épître aux Hébreux.

La mission d'Aaron fut d'aider son frère Moïse à la conversion de Pharaon, mais celui-ci s'enfla d'orgueil. Par ailleurs, il ne réussira pas à dissuader son peuple d'adorer le veau d'or. Pour le Coran, celui qui a construit le veau d'or s'appelle As-Sâmiriy (le samaritain). Aaron (en arabe: haroun) n'a pas participé à ce culte. En effet pour les musulmans, un prophète est à l'abri de tout acte polythéiste. Le Coran précise que le Peuple d'Israël a désobéi à Aaron qui n'a pas essayé de les faire revenir au bon chemin.

Saint Aaron d'Aleth est né vers 538, probablement au pays de Galles. Il devint ermite dans une petite île en face de la cité d'Aleth (devenu le quartier de Saint-Servan). L'île de saint Aaron est aujourd'hui raccordée au continent : c'est la cité de Saint-Malo.
Saint Aaron fut le fondateur du monastère d'Aleth. Il est aidé dans sa tâche par un autre moine gallois qui venait de le rejoindre : Maclow ou saint Malo, qui le choisira comme père spirituel.
Dans la cité de Saint-Malo « intra-muros », une chapelle lui est dédiée, construite sur le lieu même où il a débarqué, sur le rocher Saint-Aaron. Il est mort vers 552.

                             Rabbin

- Aaron de Raguse, né en 1580 à Raguse, est un rabbin italien. Il a publié, sous le titre de Barbe d'Aaron des remarques sur le Pentateuque et plusieurs autres livres des Écritures saintes.


- Aaron Abior est un rabbin, né à Thessalonique au XVIe siècle. Il a écrit en Hébreu un commentaire sur le Livre d'Esther, sous le titre de Huile ou Essence de myrrhe (Hadassa en hébreu - véritable nom d'Esther), extraite des Commentaires des rabbins, etc. imprimé à Thessalonique en 1601.


                             Médecin

Aaron ben Joseph de Constantinople, dit Aaron Harishon (« Aaron le Premier » ou « l’Ancien ») est un Sage karaïte du XIIIe siècle (Sulchat, Crimée, 1260 - Constantinople, 1320).

Médecin, éducateur, philosophe, grammairien et poète liturgique, il est l’un des maîtres éminents du karaïsme, un mouvement juif basé sur la seule Bible hébraïque et traditionnellement opposé au judaïsme rabbinique. Aaron ben Joseph a toutefois participé à la régénération de ce mouvement en y intégrant certains éléments du judaïsme rabbinique.


À l'âge de dix-neuf ans seulement, il a déjà atteint une telle maîtrise de la théologie de son temps, qu'il est élu comme dirigeant spirituel de la communauté karaïte de sa ville natale. C'est en cette qualité qu'il engage une disputations publique avec des rabbins et érudits rabbanites au sujet de la détermination correcte du moment de la néoménie. Il voyage ensuite dans de nombreux pays, étudiant avec zèle les travaux de Rachi, Abraham ibn Ezra, Moïse Maïmonide, et Moïse Nahmanide, dont il aurait entendu les cours lorsque celui-ci les dispensait à Akko. Le résultat de ses investigations paraît en 1294, alors qu'il s'est établi comme médecin à Constantinople, sous la forme du Sefer haMivhar veTov haMis'har, qui fera sa réputation.

Aaron ben Joseph est principalement connu pour ses commentaires bibliques, en particulier celui sur le Pentateuque, intitulé le Sefer haMiv'har veTov haMis'har. Sa conception de l'âme humaine est particulière, et probablement influencée par sa formation médicale : il la rattache d'une part à ses différentes fonctions dépendantes du cerveau, du sang, et de la moëlle mais professe d'autre part l'indépendance totale de l'esprit immortel. Ses conceptions physiologiques ne s'harmonisent donc pas avec ses doctrines théologiques.

Aaron est un médecin d'Alexandrie ayant vécu dans l'Antiquité tardive, auteur d'une grande anthologie médicale en trente volumes intitulée en grec Πανδ?κτης ou Σ?νταγμα, qui n'a pas été conservée dans son intégralité.

On sait très peu de choses de lui, sinon qu'il était chrétien, et prêtre de l'Église copte. Son nom sémitique fait penser qu'il était d'origine syrienne. L'époque exacte où il a vécu a fait l'objet de conjectures diverses suivant les spécialistes : Bar-Hebraeus (XIIIe siècle) déclare que son ouvrage fut traduit du grec en syriaque (sous le titre Kunnash) par un certain « Gosios », qu'on a identifié à Gésios de Pétra, un médecin qui vivait sous le règne de l'empereur Zénon (fin du Ve siècle), et par Serge de Reshaina (mort en 536) ; mais selon Samir Khalil Samir, un texte du poète al-Hakam ibn 'Abdal, daté de l'année 720/21, atteste qu'Aaron vivait encore au début du VIIIe siècle, ce qui fait de lui le dernier médecin connu de l'école d'Alexandrie (avec Paul d'Égine, autre médecin grec à la carrière postérieure à la conquête musulmane).

Selon les historiens musulmans de la médecine Ibn Juljul (Xe siècle) et Ibn Abi Usaybi'a (XIIIe siècle), le Kunnash d'Aaron fut le premier ouvrage médical grec traduit en arabe, soit sur la commande du calife de Damas Umar II (717-720), soit plutôt, selon le premier, sur celle de son grand-père Marw?n Ier (684-685). Cette traduction, faite à partir du syriaque, est attribuée à un certain Masarjawaih, parfois appelé Masarjis, présenté comme un médecin juif de Bassora. Cette histoire, toutefois, est très embrouillée et incertaine : le nom « Masarjawaih » paraît plus persan qu'hébreu, et pourquoi une traduction à partir du syriaque par un Juif de Bassora, alors qu'à l'époque les lettrés chrétiens de Syrie (notamment melkites) connaissaient très bien le grec ?

Le Kunnash (mot syriaque conservé en arabe) était très connu des médecins du monde arabo-musulman au Moyen Âge : Ibn al-Qifti l'appelle « la meilleure des anthologies médicales anciennes ». Une centaine d'extraits peuvent être relevés dans la Somme médicale (le Liber continens) de Rhazès, et on en trouve aussi chez de nombreux autres auteurs médicaux. Un long passage de la version arabe est également conservé, sous le titre Kitab al-Adwiyah al-Qatilah (Livre des médicaments mortels), dans un manuscrit du musée de Bagdad.

Aaron est entre autres connu comme le plus ancien auteur médical qui parle de la variole. Il la dit originaire d'Égypte.




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement