Justine

Signification:

Justine veut dire "juste" en latin. 

Fréquence:


Ce prénom est porté par environ 80 000 personnes en France. il figure dans le top 50 français aujourd'hui. Depuis 1900, 81866 enfants ont été prénommés Justine dont 74646 depuis 1950. Le maximum a été atteint en 1992 avec 5397 naissances.

Fête:

Le 12 mars.

Caractérologie:

Force, habileté, ambition, organisation, résolution.

Vous êtes très sensible à toute perturbation, toute discordance, toute ambiance conflictuelle. Dans votre vie, vous recherchez avant tout l'équilibre, la paix et l'harmonie. Ce ne sont pas là, pour vous, comme pour beaucoup d'autres, que de simples souhaits, mais les conditions indispensables à l'épanouissement de votre personnalité.

Afin de réaliser cet équilibre si vital, vous tâchez, autant que vous le pouvez, d'être à l'écoute de chacun, de ne pas vous laisser déborder par les revendications ou les exigences de ceux qui vous entourent et qui peuvent être trop impulsifs. Vous vous défiez des affirmations trop catégoriques, au moins autant que des passions partisanes. Votre idéal est d'arriver à créer en vous et autour de vous cet équilibre du juste milieu, qui vous paraît la chose la plus essentielle au monde.

Mais ce comportement en demi-teinte peut parfois paraître de l'affectation ou de la pose ; et votre désir de vivre et de laisser chacun vivre comme il l'entend, heurte souvent les êtres les plus réactifs, les consciences les plus militantes.

Dans un monde aussi rude que le nôtre, cette recherche d'équilibre et d'harmonie prônée et pratiquée par les natives de ce prénom peut être un facteur de progrès. Mais cette recherche vous conduit généralement à un défaut majeur, à savoir l'hésitation. En effet, vous éprouvez généralement beaucoup de difficulté à vous décider, toute occupée comme vous êtes à peser le pour et le contre.

Plus soucieuse de ne pas déplaire que de vous faire plaisir à vous-même, vous cherchez à deviner le choix qui recevra l'approbation de votre entourage. Et malgré votre désir d'harmonie, malgré les efforts que vous déployez pour éviter les affrontements, pour pacifier les esprits, vous risquez parfois de vous voir confrontée à des désaccords douloureux ou mêlée à des conflits brûlants.

Votre charme et votre jeunesse d'esprit vous attirent sympathies et succès. La chance se tient souvent à vos côtés, tout vient dans la facilité, la bonne humeur et l'amitié. Vous dépendez des autres plutôt que de vous-même pour votre bonne ou mauvaise fortune. Vous préférez le superflu au nécessaire et au solide. Fantaisiste et dépensière, vous vivez de continuels hauts et bas financiers.

Autre:

- Sainte Justine fut martyrisée au IVe siècle après s'être convertie au christianisme.

- Justine de Padoue (née à une date inconnue au IIIe siècle et morte à Padoue le 7 octobre 304) est une martyre, considérée comme sainte par l'Église catholique. Elle esr fêtée le 7 octobre, jour anniversaire de sa mort. Elle aurait été baptisée à Padoue par un disciple de saint Pierre. Si vive était sa foi qu'elle demeura attachée à Jésus-Christ et pour cela fut percée d'un coup d'épée.

Sainte Justine de Padoue par Andrea Mantegna (1453-1454), Pinacothèque de Brera, Milan :


- Justine († vers 130), Justa et Hénédine, probablement une maîtresse et ses deux servantes, martyres en Sardaigne sous Hadrien ; fêtée le 14 mai en Orient.

- Justine (Giustina) Bezzoli est une vierge, moniale bénédictine, vénérée dans l'église catholique comme bienheureuse. Justine Bezzoli est née à Arezzo vers 1260[1]. Très jeune, elle est portée vers la piété, la prière, et les exercices religieux. Elle se fit religieuse chez les soeurs bénédictines de sa ville natale, d'abord au couvent Saint-Marc puis en celui de Tous-les-saints. Elle manifesta toute sa vie une grande fidélité à la Règle de saint Benoît. Elle passa quelques années de sa vie en ermite recluse à Civitella della Chiana près d'Arezzo. Sa santé se dégradant, elle est contrainte de retourner à son couvent d'origine où elle meurt le 12 Mars 1319. Devant l'ampleur de la vénération populaire pour les miracles attribués à Justine, le Saint Siège en confirme le culte le 14 janvier 1891. Elle figure au martyrologe à la date du 12 mars. Sa dépouille est vénérée à Florence au monastère bénédictin de santa Maria del Fiore a lapo où elle a été transportée, depuis Arezzo en 1968 quand les deux communautés bénédictines se furent réunies. Elle est invoquée par les personnes atteintes de paralysie qui souhaitent retrouver l’usage de leurs jambes.

Et aussi:

- Justine, une ancienne commune française des Ardennes), aujourd'hui intégrée à Justine-Herbigny.  Justine-Herbigny est une commune française, située dans le département des Ardennes et la région Champagne-Ardenne. La ville de Justine-Herbigny appartient au canton de Novion-Porcien et à l'arrondissement de Rethel. Les habitants de Justine-Herbigny étaient au nombre de 114 au recensement de 1999. La superficie est de 11.9 km². Justine-Herbigny porte le code Insee 08240 et est associée au code postal 08270. Elle se situe géographiquement à une altitude de 104 mètres environ.

- Sainte-Justine-de-Newton est une municipalité dans la municipalité régionale de comté de Vaudreuil-Soulanges au Québec (Canada), située dans la région administrative de la Montérégie. Elle est nommée en l'honneur de Justine de Padoue. Le recensement de 2006 y dénombre 929 habitants. Le 11 octobre 2008, Sainte-Justine-de-Newton change son statut de municipalité de paroisse pour celui de municipalité.



- Sainte-Justine est un village du Québec (Canada) au sud-est de Québec, au cœur des Appalaches, à la frontière des États-Unis. Il se situe dans la municipalité régionale de comté des Etchemins, dans la région de Chaudière-Appalaches. Le nom de Sainte-Justine évoque Marie-Justine Têtu (1833-1882), fille du lieutenant-colonel de la milice et marchand de Québec, Charles-Hilaire Têtu. Il fait aussi référence à Justine de Padoue, martyre du Ier siècle.

- L'Anti-Justine, ou les Délices de l'amour est un roman libertin de Nicolas Edme Restif de La Bretonne, paru en 1798. Restif a cherché à être l'anti-Sade ; comme il l'annonce dans la préface : « Personne n'a été plus indigné que moi des sales ouvrages de l'infâme Dsds [Sade] ; c’est-à-dire, de Justine, Aline, le Boudoir, la Théorie du Libertinage, que je lis dans ma prison. Ce scélérat ne présente les délices de l’amour, pour les hommes, qu’accompagnées de tourments, de la mort même, pour les femmes. Mon but est de faire un livre plus savoureux que les siens, et que les épouses pourront faire lire à leurs maris, pour en être mieux servies ; un livre où les sens parleront au cœur ; où le libertinage n’ait rien de cruel pour le sexe des Grâces, et lui rende plutôt la vie, que de lui causer la mort ; où l’amour ramené à la nature, exempt de scrupules et de préjugés, ne présente que des images riantes et voluptueuses. » Il a voulu faire un « Erotikon », propre à rallumer les passions éteintes, sans verser dans cruauté du marquis de Sade : « Pour remplacer la Justine et faire préférer L’Anti-Justine, il faut que celle-ci surpasse l'autre en volupté autant qu'elle lui cède en cruauté... ».



- Justine est un roman de Lawrence Durrell, publié en 1957, et premier volume du Quatuor d'Alexandrie.



L'histoire: Dans les années 1930, sur une île grecque isolée, un jeune écrivain, dont le nom et la nationalité ne sont pas connus, vit reclus avec la fille de sa maîtresse décédée. Il se remémore la vie récente qu'il a passée à Alexandrie, les rencontres avec ses amis, Justine et Nessim, Melissa, Balthasar, Pombal, Scobie, Pursewarden, Cléa.

- Justine ou les Malheurs de la vertu est le premier ouvrage du marquis de Sade publié de son vivant, en 1791, un an après avoir été rendu à la liberté par la Révolution et l’abolition des lettres de cachet. C’est aussi la deuxième version de cette œuvre emblématique, sans cesse récrite, qui a accompagné Sade tout au long de sa vie.



Un résumé a été donné par Maurice Heine dans sa biographie du marquis de Sade : "Vers 1775, Justine, renvoyée à douze ans du couvent parce qu’elle est soudain devenue orpheline et pauvre, mène, à Paris, une vie de misère et de combats pour sa vertu. Faussement accusée de vol par son maître, l’usurier Du Harpin, elle s’évade à seize ans de la Conciergerie, mais c’est pour courir au-devant d’un viol dans la forêt de Bondy. Elle trouve une bonne place dans un château voisin et la quitte au bout de quatre années, sous la dent des molosses déchaînés contre elle par le jeune comte de Bressac dont elle a refusé d’empoisonner la tante. Recueillie et soignée par Rodin, aussi habile chirurgien que libertin instituteur, elle en est marquée au fer rouge et chassée, quand elle cherche à l’empêcher de disséquer vive une enfant dont il est le père. À vingt-deux ans, elle reprend courageusement la route, atteint Sens, puis Auxerre, d’où elle repart le 7 août 1783. Un pèlerinage auprès de la Vierge miraculeuse de Sainte-Marie-des-Bois la fait devenir victime et rester six mois captive des quatre moines lubriques et meurtriers de cette abbaye. Évadée au printemps de 1784, elle tombe, dès le surlendemain, au pouvoir du comte de Gernande qui la saigne pendant près d’un an, beaucoup moins pourtant que son épouse qui en meurt. Il ne lui arrive rien de bon à Lyon où elle retrouve son violateur, ni sur la route du Dauphiné où, près de Vienne, elle a la malchance de croire aux promesses d’un nommé Roland, qu’elle vient de secourir, sans se douter qu’elle va suivre dans son repère des Alpes le chef d’une bande de faux-monnayeurs. Plus maltraitée qu’une bête de somme pendant des mois, ensuite arrêtée et conduite à Grenoble avec le reste de la bande, elle n’est sauvée de l’échafaud que par l’éloquence de l’illustre et généreux Servan. Mais bientôt compromise dans une nouvelle affaire et se disposant à quitter Grenoble, elle manque y être la victime d’un évêque coupeur de têtes, puis se voit par vengeance accusée d’incendie, de vol et de meurtre. Incarcérée de ce chef à Lyon, elle y est tourmentée et condamnée par un juge prévaricateur et débauché. Conduite à Paris pour la confirmation d’une sentence capitale, elle est reconnue à une étape par sa sœur Juliette qui a fait fortune et dont l’amant en crédit intervient. Sauvée enfin et réhabilitée, Justine semble devoir vivre heureuse dans le château de ses hôtes. Mais le dernier mot reste au Ciel qui ne saurait laisser la vertu en paix, et celle qui l’incarne meurt, à l’âge de vingt-sept ans, foudroyée au cours de l’affreux orage du 13 juillet 1788. De longues dissertations morales et philosophiques qui débouchent sur des professions radicales d’athéisme et d’immoralisme, précèdent, interrompent ou terminent presque toutes les scènes d'orgies du roman.

- Sainte-Justine, Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine, un hôpital mère-enfants de Montréal au Québec.



Le Centre hospitalier universitaire Sainte-Justine (CHU Sainte-Justine) est un centre hospitalier universitaire à vocation pédiatrique affilié à l'Université de Montréal. Il est nommé en l'honneur de Justine de Padoue. Fondé en 1907 par Justine Lacoste-Beaubien et la médecin Irma Levasseur, le CHU Sainte-Justine est le plus grand centre hospitalier pédiatrique du Canada, et le deuxième plus grand de l'Amérique du Nord. Il compte 450 lits, dont 30 de soins intensifs, et il admet en moyenne 19 000 patients chaque année. Ayant obtenu le statut de centre hospitalier universitaire en 1995, le CHU Sainte-Justine accueille environ 2500 étudiants chaque année. Le centre hospitalier compte également un important centre de recherche, qui assure son rayonnement à l'échelle internationale, et ce, particulièrement dans le monde de la francophonie.

- Justin(e) est un groupe de punk rock nantais créé en 2002. Le groupe Justin(e) est sous les labels Guerilla Asso Crash Disques et Can I Say? Records. Il a plus de 180 concerts à son actif en France, Suisse, Belgique et au Luxembourg et en enchaîne toujours.



Justin(e) est un groupe de Punk-Rock nantais influencé par des groupes Français comme Zabriskie Point (de Nantes également) et PKRK ou d'Outre-Atlantique, par des "grosses pointures" comme Anti Flag, Rancid, Green Day, NOFX, ou encore le groupe légendaire "The Clash". Le groupe commence par enregistrer deux démos auto-produites et auto-distribuées, ce qui leur permit de se créer une réputation à l'échelle locale. Une réputation qui leur permettra de faire la première partie de Guerilla Poubelle, une rencontre qui s'avèrera décisive pour la carrière de Justin(e) : La rumeur dit que c'est suite à ce concert que Till, chanteur de Guerilla Poubelle, impressionné par la prestation, leur proposera de sortir un disque sur le label Guerilla Asso. Le groupe enregistrera donc en une dizaine de jour leur premier album, "Du Pareil au même" au sonorités Punk Rock mélodique et énergique. Après de nombreux concerts, Jack, le bassiste, quitte le groupe. Plutôt que de lui trouver un remplaçant, Fab, passera du poste de guitariste à celui de bassiste. Le groupe enregistrera peu après deux titres pour un Split-Vinyle avec Jetsex. Tout en enchaînant les dates de concerts, le groupe se met à composer son deuxième album, dont la production sera plus longue que pour le précédent. Il sortira le 10 novembre, et annonce l'amplification du succès du groupe qui inscrit ainsi son nom dans le paysage du Punk Rock Français. Ce deuxième album, Accident n°7, serait "plus viril, plus mature", et le public semble unanime. Parallèlement à des tournées orgiaques avec GxP, La Relève, Dolores Riposte, Black Sheep ou Diego Pallavas, le groupe profite de sa notoriété pour organiser des concerts à Nantes avec la structure Justin(e) Asso et aider à l'élaboration de CD de groupes/amis tels que Trouble Every Day, Wank 4 Peace, 29/09, Doonut Disturb ou 70's Pornographik Men.

- Justine Cooper est un personnage fictif créé par Joss Wedon pour la série télévisée Angel. Elle est jouée par l'actrice Laurel Holloman.

- Justine, est une chanson d'Indochine, extraite de l'album Danceteria sortie en 1999. 
Extrait des paroles:
"
Justine qui se doute qu'un prince viendra la réveiller
Justine qui attend
Elle deviendra ce qu'elle voudra
Une fée, un ange, n'importe quoi et c'est ici que tout finira ".

- Justine est un film américain réalisé par George Cukor, avec Aimée Anouk, Robert Forster, Dirk Bogarde, sorti en 1969. L'histoire: Les amours d'un jeune Anglais à Alexandrie à la fin des années 1930 avec une prostituée et la femme d'un riche banquier qui complote contre les Anglais.

 
 
Personnalité: 
                     
                         
Sportive

- Justine Henin est une joueuse de tennis belge née à Liège (Belgique) le 1er juin 1982. Malgré un relatif handicap de taille et de poids (petit gabarit), elle est l'une des joueuses dominantes des années 2003 à 2008 et se construit un palmarès riche de 43 titres grâce à la variété de son jeu dont John McEnroe qualifia le revers à une main de « meilleur revers du monde » hommes et femmes confondus. Lors d'une conférence de presse du 14 mai 2008, alors dans sa 117e semaine au sommet de la hiérarchie, elle annonce à la surprise générale mettre un terme immédiat à sa carrière sportive. Le 22 septembre 2009, elle annonce son retour à la compétition pour le début 2010.



Formée pendant plus de sept ans par Gabriel Gonzalez, Justine Henin est entraînée, à partir de ses quatorze ans, par le Belgo-Argentin Carlos Rodríguez dont elle ne se séparera plus. En 1994, elle remporte le Championnat de Belgique dans la catégorie cadets. L'année suivante, le décès de sa mère lui fait traverser une période difficile qu'il lui arrivera, plus tard, d'évoquer régulièrement dans la presse. Elle remporte cependant l'Orange Bowl en 1996 (moins de quatorze ans). À quinze ans et deux mois, elle gagne Roland-Garros junior en 1997, battant Cara Black en finale. Elle est la première Belge depuis la création du tournoi junior, en 1947, à décrocher l'épreuve. Ce tournoi et la terre battue deviennent définitivement sa surface de prédilection.

- Justine Lefebvre est une joueuse de kayak-polo internationale française, née le 26 mai 1987. Elle participe en 2008 au championnat de France N1F dans l'équipe de Thury-Harcourt.

                          Animatrice

- Justine Fraioli (née le 16 juin 1980) est une journaliste et animatrice de télévision.



Elle a fait ses débuts en jouant le rôle de Boulotte dans la série télévisée Fantômette. Sur TF1, elle anime Combien ça coûte ?, l'hebdo, avec Jean-Pierre Pernaut. Elle animait sur la chaine Du côté de chez vous TV l'émission Défi Déco. Sur M6, elle animait C'est pas trop tôt et Emmotionelles. Elle a également réalisé des reportages sur Paris Première, LCI, MCM ou encore TF1 dans 50 minutes Inside. Elle présente actuellement Ma journée idéale où elle reçoit des artistes, sur MCM et FILLES TV, et les World Series of Poker sur RTL9. Depuis le 1er mars 2010, elle co-anime la Matinale RFM avec Bruno Roblès en remplacement de Stefan Caza et Laurent Petitguillaume en vacances.

                                Pianiste

- Justine Verdier est une pianiste française née en 1985. Elle débute le piano à l'âge de 4 ans et obtient à l'âge de 9 ans le titre de Lauréate de la Fondation Cziffra, dont elle est encore aujourd'hui la plus jeune récipiendaire. Elle est ensuite l'élève d'Yves Henry, professeur de composition au CNSM de Paris. Elle continue à gagner des prix nationaux et internationaux. A l'âge de 12 ans, elle rencontre le pianiste et compositeur polonais Milosz Magin avec qui elle étudie jusqu'à la mort de ce dernier. En 1999, elle remporte le Diplôme degré supérieur du Concours Magin, la Première Médaille du Concours Claude Kahn et la Médaille d'Or du Concours de Radio France. À l'âge de 15 ans, elle se produit au Carnegie Weil Récital Hall de New York. Après ce parcours de soliste, elle rentre directement en cinquième année à l'École Normale de Musique de Paris — Alfred Cortot dans la classe de Victoria Melki, et en ressort trois ans plus tard avec le Diplôme Supérieur d'Enseignement et le Diplôme Supérieur d'Exécution.



Entre 2001 et 2002, elle joue à 4 reprises le Concerto pour piano n° 2 de Chopin. À l'âge de 18 ans elle est remarquée par le professeur Karl-Heinz Kämmerling, qui l'invite à se présenter au concours d'entrée du Mozarteum de Salzbourg où il enseigne. Admise, elle se perfectionne actuellement auprès de ce dernier. Justine Verdier a enregistré en 2003 le Concerto n° 2 pour piano et orchestre de Milosz Magin pour le label polonais "Acte Préalable". Durant ses débuts, elle a également bénéficié de conseils de personnalités du piano tels que Dominique Merlet, Abdel Rahman El Bacha, France Clidat, François-René Duchâble, Jean-Marc Luisada, Pascal Amoyel et Janusz Olejniczak. En juin 2005, elle est la plus jeune des trois Français choisis par Jean-Marc Luisada pour une Master class diffusée sur les ondes japonaises fin 2005. Le 20 juin dernier Justine a obtenu le diplôme "Bakkalaureat" du Mozarteum avec les félicitations du jury. Elle va partir à Séville se perfectionner en musique de chambre à la fondation Barenboim-Said tout en poursuivant son Master au Mozarteum avec le Professeur Pavel Gililov.

                               Auteure

- Justine Lévy (née Justine-Juliette le 27 septembre 1974 (1974-09-27) (35 ans) en France) est une femme de lettres française. Justine Lévy est la fille de l'écrivain Bernard-Henri Lévy et d'Isabelle Doutreluigne, première épouse de son père, mannequin de profession. Elle poursuit des études de philosophie puis travaille pendant neuf ans comme lectrice chez Calmann-Lévy puis aux éditions Pauvert. Elle travaille aujourd'hui comme éditrice pour une grande maison d'édition.



Pour son premier roman Le Rendez-vous, elle traitait de ses rapports difficiles avec sa mère: en l'attendant à un rendez-vous, la fille se remémore les souvenirs agréables et pénibles sur sa mère. Tout le roman est donc construit sous forme de flash-backs. Le Rendez-vous sort en 1995 et obtient un succès mitigé. Il est néanmoins traduit en anglais et édité aux États-Unis en 1997, dans toute l'Europe et en Corée. Elle gagne pour ce livre le prix Contre-point de littérature française. Son deuxième roman Rien de grave publié chez Stock en 2004 raconte la peine d'une jeune femme que son mari quitte pour une autre. Ce récit est en réalité une autofiction. Le roman obtient un réel succès (110 000 exemplaires vendus en moins d’un mois). Le livre est traduit en anglais et en allemand. Elle gagne le prix Littéraire Le Vaudeville et le Grand Prix Littéraire de l'Héroïne Marie France en 2004. Le roman de Justine Lévy Rien de grave a été édité aux États-Unis en octobre 2005. Pour son lancement, Justine Lévy a été présentée à la société littéraire de la ville de New York et elle a été interviewée à la télévision américaine lors d'une émission, le Charlie Rose show . Son troisième roman Mauvaise fille est sorti en septembre 2009. Justine Lévy y revient, cette fois sous l'angle d'un récit chronologique, sur les relations avec sa mère et plus particulièrement sur la maladie et la mort de sa mère - qui sont mises en parallèle avec la grossesse et la maternité de la fille. Il est sélectionné pour le prix Goncourt.

- Justine Mintsa est un auteur gabonais, née à Oyem le 8 septembre 1949. Elle est également membre du Haut Conseil de la francophonie. Justine Mintsa est née le 9 avril 1967 à Oyem, au Gabon. Après des études supérieures dans son pays et à l'étranger (France et Angleterre), elle est maître-assistante à l'université de Libreville (1997) et préside, depuis 1996, l'Union des écrivains gabonais. Elle a écrit entre autres deux romans et un récit pour les jeunes intitulé Premières lectures.

                               Impératrice

- Justine (Flavia Justina Augusta), impératrice romaine, fille de Justus, gouverneur de Picénum. Elle épousa successivement l'usurpateur Magnence, l'empereur Valentinien Ier en 368 et après la mort de ce dernier, elle fit proclamer empereur Valentinien II, avec qui Gratien consentait à partager l'empire.
Elle tenta à diverses reprises d'établir l'arianisme dans ses états ; mais saint Ambroise empêcha l'exécution de ce projet.
L'usurpateur Maxime ayant conquis une grande partie de l'Italie en 387, elle fut obligée de se retirer en Thessalonique; où elle y mourut en 388.

                                Chanteuse

- Justine Elinor Frischmann, née le 16 décembre 1969, est une chanteuse et guitariste britannique plus connue comme chanteuse principale du groupe pop-rock Elastica.



Elle étudiait l'architecture au l'école Bartlett (en) d'UCL (University College London) lorsqu'elle fonda, avec son petit ami Brett Anderson, lui aussi étudiant à l'école Bartlett, le groupe pop Suede. Elle jouait dans le groupe la guitare principale et rythmique. Elle quitta Suede en 1991, affirmant qu'elle n'avait pas assez sa place au sein du groupe, et en même temps Brett Anderson pour rejoindre Damon Albarn, chanteur de Blur. Leur relation dura jusqu'en 1998, et ce qui reste plus ou moins de leur couple furent les chansons Beetlebum de Blur, qui parle des problèmes de drogue avec Justine, 1992 de 13, qui raconte la petite bataille de convoitise en 1992 entre Brett et Damon et No Distance Left To Run de 13 également qui évoque clairement la rupture entre elle et Damon. On peut également voir Justine à la fin du clip For Tomorrow, dans les bras de Damon roulant dans l'herbe. Elle forma Elastica en 1995, qui aura un véritable succès en Angleterre dès son premier 45 tours, Stutter. Elastica fut un moment poursuivi pour des violations de droit d'auteur sur plusieurs chansons, notamment sur Connection qui reprend un sample entier de Three Girl Rhumba de Wire. Le groupe s’est séparé en 2001, en partie à cause de l'échec de The Menace, sorti en 2000, jugé décevant par la critique britannique.

                                
Actrice

- Justine Bateman est une actrice américaine née le 19 février 1966 à Rye, New York (États-Unis). Révélée dans Men in Trees, l'actrice - qui apparaîtra bientôt dans un épisode de la saison 3 d'Enquêteur malgré lui - est la maman d'une petite Olivia Fluent. On la retrouve dans les dans les séries suivantes: Une famille presque parfaite, Loïs et Clark, les nouvelles aventures de Superman, Arrested Development.



- Justine Miceli est une actrice et productrice américaine née le 30 avril 1959 à Sunnyside, Queens (États-Unis).



                                
Philanthrope

- Justine Lacoste-Beaubien (née le 1er octobre 1877 sur la rue Saint-Hubert à Montréal et décédé le 17 janvier 1967 à Montréal) est une gestionnaire et philanthrope québécoise. Justine Lacoste-Beaubien, née Lacoste, est issue d'une famille de la bonne bourgeoisie francophone. Son père, sir Alexandre Lacoste, avocat, professeur de droit à l'Université Laval à Montréal (1880-1923), sénateur (1884-1891), puis juge en chef de la province de Québec (1891-1907), est un éminent juriste et une personnalité influente du parti conservateur[1]. Sa mère, Lady Lacoste, née Marie-Louise Globensky, est une figure importante des milieux philanthropiques montréalais. Elle devient pensionnaire au couvent Hochelaga de Montréal. Elle marie un homme d'affaire, Louis de Gaspé Beaubien en 1899. En 1907, Irma Levasseur, cherchant à intéresser des femmes au sujet de son projet de fondation d'un hôpital pour enfants à Montréal, rencontre Justine Lacoste-Beaubien. Dr Levasseur est idéatrice du projet. En 1907, grâce à ses fondatrices et à l'appui de plusieurs autres bienfaiteurs montréalais, l'hôpital Sainte-Justine de Montréal est fondé. Une loi spéciale dégage les maris des fondatrices de leur responsabilité pour les actes de leur femme, administratrice à Ste-Justine. En 1907, elles accueillent un premier patient à leur hôpital situé sur la rue Saint-Denis, près de Roy. Dr Levasseur quitte l'organisation avant son incorporation en 1908. En mai 1908, l'établissement déménage sur la rue Delorimier, au coin de Rachel.



Justine Lacoste-Beaubien est une gestionnaire chevronnée qui permet de solliciter des fonds et de l'aide, de recruter des médecins et des bénévoles; si bien que le troisième hôpital, situé sur la rue Saint-Denis, passe de 60 à 300 lits entre 1914 et 1923. Avec les besoins toujours grandissants, elle planifie la construction d'un hôpital plus grand. C'est en 1951 que débute la construction du nouvel hôpital, situé le chemin de la Côte-Sainte-Catherine à Montréal. Ouvert en 1957, il est aujourd'hui doté de 800 lits et affilié à l'Université de Montréal, ce qui en fait un des centres pédiatriques les plus importants au Canada. Justine Lacoste-Beaubien a consacré sa vie à cette institution en y dédiant toute son énergie et son temps ainsi que sa fortune. Elle se retire en 1966 de la direction de l'hôpital après près de 60 ans de services ininterrompus à l'âge de 89 ans. Me Marcelle Hémond Lacoste lui succède à la présidence de l'institution. Elle décède à Montréal en janvier 1967. Elle lègue une importante somme d’argent qui servira à créer, en 1969, la Fondation Justine-Lacoste-Beaubien pour encourager la recherche médicale.

                                 Philosophe

- Justine Lacroix est à la fois philosophe et maître de conférences en sciences politiques à l'université libre de Bruxelles. L'objet central de son travail concerne le communautarisme associé au libéralisme, et le fédéralisme européen. Elle a notamment publié « L’Europe en procès. Quel patriotisme au-delà des nationalismes ? ».

                                 Politicienne

- Justine M'Poyo Kasa-Vubu est née le 14 avril 1951 à Léopoldville / Kinshasa, présidente du Mouvement des démocrates congolais. Elle est la fille de Joseph Kasa-Vubu, premier président de la République démocratique du Congo. Elle a été candidate à l'élection présidentielle congolaise de juillet 2006.



Après la mort de son père et la prise du pouvoir par Mobutu Sese Seko, elle s'exile avec le reste de sa famille en Algérie, puis en Suisse où elle termine ses études. Elle aboutira finalement en Belgique où elle obtient une licence en sciences sociales à l'Université Catholique de Louvain (UCL). Son diplôme acquis, elle travaillera à Genève pour le Haut-Commissariat pour les Réfugiés (HCR) des Nations unies. Elle reviendra en Belgique où elle poursuit ses travaux au Centre de recherche sur l'épidémiologie des désastres naturels (UCL) et au Centre d'études africaines de l'Université libre de Bruxelles. En 1991, elle adhère à l'Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS) d'Étienne Tshisekedi, le principal parti d'opposition à Joseph Mobutu. Le 22 mai 1997, elle est nommée ministre de la Fonction publique dans le premier gouvernement de Laurent-Désiré Kabila, sans avoir reçu l'assentiment de son propre parti. Elle ne gardera pas longtemps ce portefeuille puisque le président congolais la charge de représenter la République démocratique du Congo en tant qu'ambassadeur près la Belgique. Elle quittera ses fonctions suite à des désaccords avec Laurent-Désiré Kabila.




Créé avec Créer un site
Créer un site gratuitement